Professeur de yoga et stressé !

Rien de plus normal ! Souffrir de stress quand on porte l’étiquette de professeur de yoga, sophrologue ou autre thérapie du bien-être représente souvent un tabou. Pour paraître au top auprès de nos élèves ou de notre public, bien souvent, nous nous imposons d’incarner le bien-être en toutes circonstances et il peut devenir difficile d’afficher publiquement nos tensions. Pourtant, je vous l’assure, la réponse de stress et de combat fait partie également de l’adn du professeur de yoga et des sophrologues ou tout autre thérapeutes.

C’est justement parce que nous en avons souffert dans le passé, que bien souvent, nous avons envie de faire du bien aux autres. Mais, hélas cela ne garantie nullement de retomber dedans.  Mon premier conseil :  ne pas culpabiliser ! Stresser fait partie des aléas de la vie. Notre organisme a été ainsi programmé pour répondre de son mieux aux situations difficiles. Le bon stress nous maintient éveillé et passionné pour ce que nous entreprenons. Trop de stress endommage la santé. Les stress extrêmes handicapent vraiment. Deuxième conseil : Quand vous sentez que vous devenez trop réactif, il est temps de décélérer.

Revenez à vos pratiques (même si vous n’avez plus le temps pour les faire ! Ce sont évidemment les cordonniers les plus mal chaussés !) Riez ! Surtout soignez votre sommeil, c’est la clé. Une bonne gestion du stress comporte nécessairement des outils pour apprendre à protéger son sommeil et à se détendre à volonté. Il est temps d’activer la réponse de relaxation dans le corps, qui existe tout comme la réponse de fuite et combat. 

Dernier conseil : Si votre formation initiale ne comportait pas de module gestion du stress, pourquoi ne pas profiter de cette année pour approfondir vos connaissances dans le domaine ? La santé mentale des salariés français n’a jamais été aussi mauvaise que cette année. Ils vont avoir besoin d’aide comme jamais auparavant. C’est l’occasion de vous faire du bien, en même temps que d’aider les autres.   

Le stress, c’est aussi le mal des professionnels de bien-être !